Comment préparer sa retraite ?

preparer sa retraite quand on est senior

Pour profiter pleinement de sa retraite, il est important de s’assurer que l’on dispose des ressources financières suffisantes pour s’adonner à ses loisirs et peut-être aussi s’offrir quelques beaux voyages pour ceux qui ont le goût de l’aventure et de l’exotisme.

En matière de finance, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise nouvelle est qu’il est peu probable que les pensions de retraite se revalorisent dans le futur. Le système de retraite par répartition, le principal mode de financement des pensions en France, est mis à mal par un déséquilibre de la démographie. Les Français vivent de plus en plus longtemps, les retraités sont de plus en plus nombreux. Incidemment, le poids des cotisations devient écrasant pour les actifs.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de contourner ce problème en préparant intelligemment sa retraite. Cet article vous donne des conseils clefs pour préparer efficacement votre retraite.

Le maître mot : anticiper

On ne le dira jamais assez : anticiper est la clef du succès. La raison de cela est double.

Tout d’abord, en anticipant très en amont vos besoins financiers pour la retraite, vous allez pouvoir étaler dans le temps la constitution de votre patrimoine. Ainsi, l’effort d’épargne mensuel sera beaucoup plus faible. Le taux d’épargne moyen en France est un peu supérieur à 14 %. Ce qui représente un effort d’épargne de 250 euros par mois pour une personne disposant d’un revenu de 1800 euros (revenu proche du salaire médian). Avec un tel effort d’épargne, l’épargnant peut placer 90 000 euros en cumulé sur une période de 30 ans.

Mais anticiper sa retraite permet aussi et surtout de faire travailler son argent plus longtemps. L’argent épargné génère des intérêts qui pourront être réinvestis. C’est le principe des intérêts composés. De ce fait, si l’épargne mensuelle de 250 euros est investie avec un taux de rémunération moyen de 4 %. Le capital au bout de 30 ans ne sera pas de 90 000 euros, mais de 171 000 euros, soit presque le double des sommes versées ! Les intérêts auront généré 81 000 euros de gains.

Voyons maintenant les chiffres dans le cas d’un épargnant “mauvais élève” qui prépare sa retraite sur le tard et ne dispose que de 15 ans pour placer de l’argent. Admettons qu’il soit en mesure de placer non pas 250 euros mais 500 euros pour rattraper son retard. Cela dit en passant, cela représente un effort d’épargne difficilement soutenable dans le cas d’une personne avec un revenu proche du revenu médian, puisque l’effort d’épargne représenterait pas loin de 30 % de ses revenus. Admettons qu’il s’astreigne à cet effort. Au bout de 15 ans, le capital avec intérêt réinvesti ne sera que de 121 000 euros. C’est près de 50 000 euros de moins que l’épargnant ayant anticipé sa retraite avec un versement régulier 2 fois plus faible (250 euros par mois) mais sur une durée 2 fois supérieure : 30 ans.

Sur le plan pratique, une fois à la retraite, l’épargnant qui a anticipé pourra espérer une rente mensuelle de 600 euros tandis que l’épargnant ayant préparé sa retraite sur le tard ne disposera que de 400 euros. Pour arriver à ces chiffres, on part du principe que le patrimoine est investi sur un placement rapportant 4 %.

Et à ce stade, vous vous demandez comment est-il possible d’obtenir un tel rendement alors que le livret A ne rapporte que 0,50 % ? Eh bien, la réponse est qu’il faut diversifier son patrimoine. Voyons comment faire.

Diversifier son patrimoine

Les placements sans risque rapportent peu. Les livrets réglementés ne rapportent plus que 0,50 % et les performances des fonds euros en assurance vie ont été de 1,2 % en moyenne en 2020 (mais près de 2 % pour les meilleurs fonds euros). Pour dynamiser la performance de son épargne, les épargnants doivent se tourner vers d’autres placements. Les fonds en actions et l’immobilier permettent d’accéder à des performances moyennes supérieures à 4 % par an en moyenne lissée (en investissant sur le long terme).

Les marchés actions ont délivré une performance moyenne annuelle proche de 10 % au cours de la dernière décennie (2011-2021), laquelle a été très profitable aux actionnaires. Si l’on prend les statistiques sur des échelles de temps plus importantes, la performance moyenne annuelle à long terme des actions est de l’ordre de 6 à 10 % selon les périodes.

Du côté de l’immobilier, les performances sont également intéressantes. Si l’on prend le cas des sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), les loyers qu’elles reversent aux actionnaires représentent un rendement de près de 4,50 %. Cela n’inclut pas la revalorisation des parts des SCPI, lesquelles évoluent à la hausse sur le long terme, accompagnant la hausse des prix de l’immobilier.

Les actions et l’immobilier offrent une bonne protection contre l’inflation. C’est un autre argument de poids lorsque l’on investit à long terme, ce qui est le cas des épargnants préparant intelligemment leur retraite. Ainsi, il est judicieux de diversifier son patrimoine sur des actions et de l’immobilier en plus des fonds euros. De cette façon, l’épargnant peut atteindre un rendement de 4 % par an.

Optimiser la fiscalité

Dernier point important, l’épargnant doit penser à optimiser la fiscalité de son épargne. Pour cela, on peut citer le plan d’épargne retraite (PER) ou bien encore l’assurance vie.

Ces 2 dispositifs sont des enveloppes capitalisantes. Ce qui signifie que les gains ne sont pas taxés tant que l’épargne reste dans l’enveloppe. Ces 2 dispositifs proposent des avantages fiscaux distincts. Le plan d’épargne retraite et l’assurance vie sont complémentaires dans leur mode de fonctionnement et constituent des outils incontournables pour bien préparer sa retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.